Soluces, guides et actualités du jeux vidéo
Rechercher...
Generic filters
Exact matches only

Test de MLB The Show 22

En ce qui concerne les jeux de baseball sur consoles, les treize derniers mois ont été plutôt mouvementés. Il y a à peine deux saisons, sans parler des neuf années précédentes, la seule façon pour les fans de baseball purs et durs d’obtenir leur dose de simulations aux racines de diamant était de céder à l’appel des sirènes des plateformes PlayStation. Puis, dans un geste étonnant qui, je l’avoue, me laisse encore perplexe, le pilier développé par Sony a fait son chemin vers les plates-formes Xbox la saison dernière, et maintenant vers la Switch cette fois-ci. L’attention des développeurs étant attirée dans plusieurs directions nouvelles et résolument différentes pour MLB The Show 22, cela a-t-il sapé leur capacité à innover ou vont-ils faire tomber le couvercle proverbial de ce volet ?

Retour aux fondamentaux

MLB The Show 22 est facilement la norme de l’industrie lorsqu’il s’agit de franchises sportives annualisées. Ce n’est pas pour rien qu’elle n’a pas connu d’opposition pendant aussi longtemps. La série était tout simplement très bonne. Au moins d’un point de vue mécanique, cet épisode continue une fois de plus à maintenir la barre haute. Cependant, malgré ses prouesses sur le diamant, dès que vous commencez à vous plonger dans les modes plus annexes, les choses commencent à se gâter.

Il y a eu les modifications annuelles attendues du gameplay qui viennent avec le passage du temps. Parmi ces améliorations, on trouve des animations de terrain plus dynamiques. Il semble bien que le moteur commence à prendre en compte la vitesse et les statistiques de jeu d’un joueur pour déterminer la réactivité d’un joueur de champ. En termes simples, cela renforce l’authenticité pour laquelle la marque est connue. Cela dit, il y a encore d’innombrables occasions où un joueur de champ peut être traversé le long du chemin de base ou des glitchs se produisent qui ramènent les modèles de votre personnage à la redoutable « position en T ».

Pour ajouter un peu d’insulte à l’injure, bien que le jeu soit toujours aussi beau visuellement, on a l’impression que les améliorations de fidélité ont stagné. Le réalisme est toujours là, mais de nombreux détails ne semblent pas tout à fait corrects. Des éléments simples comme les cheveux longs et les barbes n’ont toujours pas l’air naturels et s’écoulent bizarrement, surtout lorsque les facteurs météorologiques entrent en jeu. Bien sûr, le manque d’innovation graphique peut être considéré comme du pinaillage, mais cela permet de montrer à quel point l’action a été solide au cours des derniers épisodes.

Mars à Octobre était facilement le meilleur nouveau mode introduit, la dernière fois que The Show était au plat. Bien que je sois un grand partisan du calendrier tronqué et de la durée abrégée du jeu, le fait que vous ne puissiez jouer qu’une seule année était légèrement rebutant. Après avoir recueilli les commentaires de l’ensemble de la communauté, la nouvelle version peut s’étendre sur plusieurs saisons, avec des cycles d’intersaison et d’après-saison complets. Bien que les améliorations ne soient pas du tout révolutionnaires, il s’agit d’affinements et d’améliorations mineures que vous pouvez vous attendre à voir dans l’ensemble des fonctionnalités.

En parler

Chaque fois qu’un titre sportif parle de changer une formule déjà réussie, je commence à devenir un peu nerveux. Dans ce cas très précis, l’équipe de développement démonte toute la cabine d’annonce. Bien qu’elle nous offre un duo de voix fraîches pour sonner l’ouverture du jeu, il est difficile de se défaire du sentiment qu’elle fait un pas délibéré dans la mauvaise direction. Après quinze ans en tant que voix de The Show, Matt Vasgersian, ainsi que sa bande de joyeux lurons dans le fauteuil de co-animateur, ont été remplacés par les nouveaux venus Jon Sciambi et Chris Singleton.

Comme vous pouvez l’imaginer, remplacer quelqu’un avec une décennie et demie de dialogues accumulés a entraîné une baisse drastique de la qualité et de la variété des commentaires. Cela ne veut pas dire que Sciambi ou Singleton font un travail particulièrement difficile, car leur injection d’anecdotes et de boutades fraîches est une relative bouffée d’air frais. Malheureusement, le puits de clips dans lequel l’équipe audio doit puiser est beaucoup moins profond. Le résultat net est que les extraits sonores sont recyclés très fréquemment, apparaissant même plusieurs fois dans un seul jeu, dans les bons scénarios.

Même des choses qui devraient être simples, comme prononcer le nom d’un joueur du Hall of Fame, au lieu de l’appeler simplement par son numéro, semblent tout simplement stupides. Nous parlons de personnes comme Babe Ruth ou Key Griffey Jr. Je veux dire, pour l’amour de Dieu, Griffey était le satané athlète de couverture de toute la franchise il y a seulement une poignée de saisons ! Espérons simplement que cela valait la peine d’appuyer sur la gâchette maintenant, car ils sont confrontés à un chemin long et difficile.

Routes difficiles à venir

Pour la deuxième fois de cette génération de consoles, Road to the Show a de nouveau été relégué au proverbial arrière-plan. Versant un peu plus de sel dans la plaie, la campagne de l’année dernière ne peut pas être chargée dans MLB The Show 22. Bien que cela soit un peu plus acceptable après avoir fait le saut de génération des consoles, je m’attendais pleinement à ce que la possibilité de continuer à utiliser votre avatar préféré fasse un retour triomphal. Au lieu de cela, j’ai été une fois de plus obligé de recommencer à zéro.

En apparence, être obligé de recommencer la carrière de son joueur n’est pas la pire chose au monde. J’ai presque commencé à m’enthousiasmer à l’idée de pouvoir comparer et contraster les différences entre les saisons. Cependant, cette relecture ne fait que renforcer le peu d’évolution de Road to the Show au cours de la durée de vie de la PS5.

J’ai vraiment l’impression d’être obligé de rejouer la même expérience, avec très peu de variations. Malheureusement, pour la première fois depuis que je suis fan de la série, je n’arrive pas à trouver la moindre raison pour laquelle vous voudriez jouer à ce mode plutôt qu’à la version précédente. Cela me dérange énormément, surtout si l’on considère que Road to the Show a toujours été la principale motivation pour acheter ce titre.

La seule grâce salvatrice est que Diamond Dynasty s’efforce encore de montrer à EA comment équilibrer correctement la formule « Ultimate Team » entre les exigences du jeu et la rémunération du pack. Bien que je sois toujours fondamentalement en désaccord avec les méthodes de monétisation du mode, je dirai qu’il a fait d’énormes progrès ces derniers temps et qu’il est bien moins manipulateur que les franchises sportives concurrentes. J’ai l’impression de progresser constamment pour débloquer de nouveaux packs, et le processus pour obtenir des avantages supplémentaires n’est pas si ardu.

Pourquoi voudriez-vous acheter MLB The Show 22 ? Pour être tout à fait honnête, il est vraiment difficile de justifier de faire le grand saut cette année, surtout si vous possédiez le jeu de 2021. Cette version est dépourvue de toute justification d’achat, à part le raffinement continu des mécanismes existants. Il est vraiment difficile de se débarrasser de l’impression que ce jeu était censé être un grand chelem et qu’il a fini par être un dribbleur au bout de la batte.

La note des lecteurs


Les notes 0

RÉPONSE
Annuler

Envie de publier votre propre test ?

ou créer un compte dès maintenant et rejoignez la communauté tseret

Envie de commenter ?

ou créer un compte dès maintenant et rejoignez la communauté tseret