Soluces, guides et actualités du jeux vidéo
Rechercher...
Generic filters
Exact matches only

Test de Kena : Bridge of Spirits

Le jeu commence lorsque vous prenez le contrôle de Kena dans une grotte faiblement éclairée. Kena éclaire la grotte sombre qui l’entoure avec de l’énergie spirituelle, symbolisant à quel point ce voyage est un voyage de découvertes et de révélations pour elle autant qu’il le sera pour vous. Kena est un guide spirituel chargé de guider les esprits troublés et perdus à travers le royaume. Elle essaie d’aider autant d’esprits perdus que possible tout en se dirigeant vers le sanctuaire au sommet de la montagne pour ses propres raisons personnelles, inconnues à l’époque.

Kena rencontrera un groupe de personnages intéressants au cours de son voyage, et chaque esprit qu’elle aide aura sa propre histoire et d’autres personnages qui lui sont associés. Les cinématiques sont réalisées de manière à transmettre beaucoup d’expressions et de détails en très peu de temps. Ils sont similaires à ce que ressentaient les shorts Overwatch. La voix de tous ces personnages, en particulier de Kena, est absolument pertinente et remplie de beaucoup d’émotions. La VA de Kena, Dewa Ayu Dewi Larassanti, a fait un travail fantastique étant donné qu’il s’agissait de sa première tentative de doublage pour un personnage de jeu vidéo.

Avec cette prémisse de base expliquée, nous avons mis le pied à l’extérieur de la grotte dans une forêt luxuriante et colorée. Le monde et les visuels créés par Ember Labs aident vraiment à faire de cette expérience une expérience incroyable. Partout où vous regardez, et chaque endroit où vous vous rendez est entouré de magnifiques panoramas. Kena : Bridge of Spirits est un jeu en monde ouvert où le monde est divisé en sections. Tout est transparent et il n’y a pas d’écrans de chargement, même lorsque vous faites la transition entre le gameplay et les cinématiques. Il y a un village au centre de la carte qui agit comme un hub central. Kena visitera tous les côtés de la carte au fur et à mesure que l’histoire progresse, mais tout est connecté au village, vous pouvez donc également l’appeler le pont qui relie différentes zones de la carte.

Le monde se sent encore plus vivant en raison de la façon dont il réagit à votre présence. Kena peut utiliser une impulsion d’énergie quand elle le souhaite, et les carillons éoliens et les arbres réagissent à son énergie. Chaque fois que vous entrez dans une nouvelle zone, elle est principalement couverte de corruption et de couleurs sourdes, indiquant la présence de quelque chose de sinistre. Mais vous obtenez ce sentiment satisfaisant de progression lorsque vous éliminez la corruption d’une zone, et tout redevient vibrant et vivant. Vous pouvez également Warp (Fast Travel) entre les points Warp découverts, ce qui facilite l’exploration des zones précédemment découvertes.

Vous pouvez explorer librement des parties de la carte précédemment nettoyées et rechercher tous les objets de collection ou statues restants dans ces zones, car les ennemis ne réapparaissent pas lorsque vous revenez dans les zones précédemment visitées. Il n’y a pas de Hud encombré dans ce jeu à retirer de l’immersion offerte par le monde ouvert vibrant. Un autre aspect fort du jeu qui améliore encore l’expérience globale est la bande-son exceptionnelle composée par Jason Gallaty, également connu sous le nom de Theophany sur YouTube. Chaque région de la carte a une bande-son différente complétant l’environnement et le cadre de cette région.

Kena : Bridge of Spirits ne prend aucun risque avec son approche du gameplay et de la mécanique générale. Tous les mécanismes et boucles de jeu utilisés ici ont été revus à maintes reprises, mis en œuvre dans différents jeux d’aventure. Les énigmes sont très intéressantes et engageantes, en particulier dans la dernière partie du jeu lorsque plus de mécanismes ont été introduits. Il n’y a rien de révolutionnaire ici, mais ils ont implémenté les mécanismes de base de manière à ce que le jeu ne soit à aucun moment ennuyeux ou répétitif. L’arme principale de Kena est son bâton qu’elle utilise pour les attaques légères et lourdes. Plus tard, elle gagne un arc et des bombes, qu’elle peut utiliser à la fois pour naviguer dans les énigmes et au combat. Les bombes peuvent faire flotter certaines roches dans les airs, ce qui crée des énigmes amusantes.

Kena peut également se lier d’amitié avec Rot. Ce sont des serviteurs amicaux qui vous suivent et vous aident à déplacer des objets lourds. La pourriture peut également être utilisée au combat pour avoir quelques mouvements supplémentaires dans vos manches. Plus vous recrutez de pourriture, plus ils pourront effectuer d’actions. La fréquence à laquelle vous pouvez les utiliser au combat dépend également de leur nombre.

Le combat repose ici sur des tactiques de frappe et d’esquive. C’est quelque chose qui ne change pas tout au long du jeu et devient un peu ennuyeux par la suite. Kena doit généralement attendre que ses ennemis aient fini d’attaquer, puis se déplacer pour quelques combos. Après cela, c’est l’affaire standard de rouler et d’attendre à nouveau votre tour.

Le jeu fait un travail décent en introduisant de nouveaux types d’ennemis pour vous garder sur vos talons et pour rendre l’ensemble du cycle de combat moins répétitif, mais tous ces types d’ennemis peuvent être éliminés avec les mêmes boutons. Je me suis retrouvé à vaincre la plupart des mini-boss en utilisant uniquement des spams d’attaque lourde.

Il existe un arbre de mise à niveau très basique à débloquer, mais ces mises à niveau n’augmentent pas vraiment votre arsenal. Ils débloquent simplement des dégâts et une portée supplémentaires pour les attaques existantes. Les développeurs auraient pu débusquer un peu plus le combat en introduisant un arbre de mise à niveau plus complexe ou peut-être laisser Kena apprendre de nouveaux mouvements au fur et à mesure que l’histoire progresse. Elle n’apprend que 2 nouvelles choses tout au long du jeu, ce qui est pour le moins décevant.

Les principales rencontres avec les boss de ce jeu sont très intéressantes et deviennent de plus en plus difficiles au fur et à mesure que vous avancez dans l’histoire. Chacun des patrons principaux a une personnalité distincte et est basé sur cette personnalité. Ils utilisent différents ensembles de mouvements et armes. Ils peuvent être un peu difficiles à gérer si vous vous lancez dans le combat sans lire d’abord leurs mouvements, en particulier dans les difficultés les plus élevées. La plupart des mini-boss que vous rencontrez et battez deviennent des grognements réguliers à partir de ce moment et s’ajoutent aux différents types d’ennemis que vous rencontrerez dans le monde ouvert.

Vous pouvez dire que les développeurs ont pu exécuter correctement leur vision par la qualité globale du jeu et les choses amusantes ajoutées, comme le mode photo réactif où Kena et ses compagnons de pourriture réagissent à la caméra chaque fois que vous prenez une capture d’écran. Non seulement eux, mais les personnages que vous rencontrez sont également photogéniques car eux aussi posent, sourient et regardent la caméra, ce qui est une petite fonctionnalité intéressante.

Vous pouvez également équiper vos compagnons de pourriture de différents chapeaux que vous pouvez acheter dans les magasins de chapeaux disséminés dans la vallée. Vous pouvez gagner de l’argent en achetant ces chapeaux en restaurant des sanctuaires tombés, en pillant des coffres et des paniers et en explorant les zones. Je pense que ce jeu les aidera à obtenir de meilleures offres et peut-être à collaborer avec de plus grands studios pour créer des jeux encore meilleurs à l’avenir pour la prochaine génération de consoles.

J’ai passé en revue Kena: Bridge of Spirits sur PC en le jouant sur le préréglage graphique maximum et le jeu avait l’air et fonctionnait assez bien. J’ai rencontré des chutes d’images ici et là, mais elles étaient plus visibles pendant quelques secondes lorsque le jeu faisait la transition entre les cinématiques et le gameplay. Le jeu n’a pas planté pour moi, même une fois pendant mes 10 à 12 heures avec, ce qui est toujours bienvenu vu à quel point certaines entreprises optimisent mal leurs ports PC ces jours-ci.

Considérant qu’il s’agit du premier jeu jamais créé par Ember Labs, je dirais qu’ils ont fait un excellent travail dans l’ensemble dans tous les départements et ont créé un jeu extrêmement amusant et mémorable. Mon seul reproche majeur avec le jeu était son manque d’arbre de combat et de mise à niveau, mais je suis sûr que si Ember Labs faisait une suite à ce jeu, ces départements seraient un peu améliorés.

La note des lecteurs


Les notes 0

RÉPONSE
Annuler

Envie de publier votre propre test ?

ou créer un compte dès maintenant et rejoignez la communauté tseret

Envie de commenter ?

ou créer un compte dès maintenant et rejoignez la communauté tseret