Soluces, guides et actualités du jeux vidéo
Rechercher...
Generic filters
Exact matches only

Microsoft Flight Simulator : Comment utiliser les systèmes GPS et pilote automatique

Microsoft Flight Simulator comprend une multitude d’avions différents dont vous pouvez prendre le contrôle, et chaque avion est assez unique, y compris l’avionique de bord comme le GPS et les systèmes de pilotage automatique. Certains avions disposent de systèmes très simplifiés, comme le JMB. D’autres sont beaucoup plus complexes, comme le TBM 930 et les trois avions de ligne par défaut. Si vous souhaitez ajouter au moins un degré de réalisme à vos sessions de vol, il est impératif d’acquérir une compréhension de base de ces différents systèmes.

Ce guide passe en revue les tenants et aboutissants de base des systèmes avioniques du GPS et du pilote automatique présents dans les avions par défaut de Microsoft Flight Simulator (hors avions de ligne). Bien que les tableaux de bord des différents avions puissent comporter un grand nombre de boutons, molettes, leviers, jauges et écrans, ce n’est pas aussi intimidant que cela puisse paraître. Enfin, une fois que vous savez à quoi tout sert, bien sûr. Commençons par le type de panneau Garmin le plus courant dans Microsoft Flight Simulator, qui comporte un GPS et un système de pilotage automatique.

Garmin G1000

Le Garmin G1000 est un système de tableau de bord très moderne qui rend l’expérience de vol beaucoup plus simple et fluide. Ceci grâce à son puissant tableau à double écran. Le côté gauche présente les jauges courantes sous forme numérique (altitude, vitesse, angle de tangage, boussole et baromètre) superposées à la vision synthétique extrêmement utile.

La vision synthétique est un rendu 3D du terrain qui se trouve devant l’avion. Elle peut détecter à peu près tout, y compris les terrains montagneux. C’est extrêmement utile lorsque vous volez dans des zones inconnues ou lorsque la visibilité est faible, car l’écran SV est parfaitement dépourvu des obstructions visuelles du monde réel. Il peut également montrer le terrain à quelques kilomètres de distance, ce qui permet aux pilotes d’anticiper ce qui les attend, même s’ils ne peuvent pas encore le voir à l’œil nu. Les aéroports et les aérodromes sont également prédéfinis sur l’écran SV, ce qui facilite d’autant plus les atterrissages. Un indicateur de vitesse et de direction du vent est également présent sur cet écran, ce qui est un outil très important pour chaque phase du vol.

Sur le côté droit de l’écran se trouve le GPS et d’autres jauges numériques de l’avion, notamment le régime, la pression/température de l’huile, le carburant, etc. Le système GPS du G1000 est également prévu avec des capacités NEXRAD. Cela permet d’afficher les précipitations qui se trouvent à portée du radar de l’avion. L’intensité des précipitations est indiquée par différentes couleurs. Le vert correspond à une intensité modérée, le jaune à une faible intensité, l’orange à une intensité moyenne et le rouge/rose à une intensité élevée (le type que les pilotes ont tendance à éviter). Les conditions météorologiques sont un sujet abordé plus en détail dans notre guide « Conseils essentiels pour chaque vol ».

Voici quelques conseils de base pour le GPS G1000, y compris comment utiliser son système de pilote automatique (AP) dans Simulateur de vol Microsoft:

  • Accéder à l’indicateur de vent [left screen]: Sélectionnez PFD > Wind > OPTN 3 (le plus facile à lire).
  • Accéder au radar météo [right screen] (NEXRAD) : Sélectionnez Carte > GPS > NEXRAD.
  • Ordonner à l’avion de suivre automatiquement l’itinéraire du plan de vol (ligne magenta) – [left screen panel]: Appuyez sur AP > appuyez sur NAV. [Move to right screen]: appuyez sur CDI > faites défiler jusqu’à ce que la rose des vents (directement au-dessus) indique « GPS ». L’avion suivra alors la route GPS.
  • Créer un nouveau plan de vol à partir du module GPS – [right screen panel]: Appuyez sur FPL > utilisez le bouton FMS pour sélectionner l’aéroport d’origine > saisissez le code ICAO de l’aéroport à l’aide du bouton, puis appuyez sur le bouton ENT pour accepter > répétez les étapes pour l’aéroport de destination.
  • Réglez l’avion pour monter ou descendre à une altitude spécifique à une vitesse (verticale) spécifique – [right screen panel]: Sélectionnez AP (si vous ne l’avez pas déjà fait) > appuyez sur le bouton ALT > tournez le bouton ALT jusqu’à ce que l’altitude souhaitée soit sélectionnée (les changements sont affichés sur l’écran de gauche au-dessus de l’altimètre) > appuyez sur le bouton VS > appuyez sur le bouton VS UP pour monter ou VS Bouton DN pour descendre (les changements sont affichés sur l’écran de gauche à droite de l’altimètre). Dans les avions plus lents, réglez le VS à pas plus de 1 000 pieds. Idéalement, 300-500 pieds sont les meilleurs pour maintenir une vitesse de montée décente. Les avions plus lents naviguent généralement entre 2 000 et 8 000 pieds. Des altitudes plus élevées nécessitent plus d’altitude, mais entraîneront des performances réduites. Lors de la descente, essayez de ne pas dépasser la vitesse. Tirez la manette des gaz à environ 60% pour éviter une descente trop rapide.
  • Réglez l’avion pour s’incliner à gauche ou à droite automatiquement dans une direction spécifique – [right screen panel]: Sélectionnez AP (si vous ne l’avez pas déjà fait) > Appuyez sur le bouton HDG > tournez le bouton HDG dans la direction souhaitée (les changements sont affichés sur l’écran de gauche par la rose des vents).

Garmin G3000

L’extrémité supérieure du spectre est le modèle G3000 du système GPS de Garmin. Celui-ci comporte trois écrans tactiles qui s’étendent sur toute la longueur de l’avion. Il possède à peu près toutes les mêmes caractéristiques que le G1000. La seule véritable différence entre les deux est que l’écran cartographique du GPS se trouve au centre de la console, laissant au pilote et au copilote des écrans identiques qui affichent toutes les autres données (altitude, cap, vitesse verticale, vitesse aérodynamique, etc.) Sans surprise, le G3000 offre également des capacités NEXRAD et une vision synthétique.

Ce module étant si semblable au G1000, un grand nombre des opérations mentionnées précédemment sont également similaires. En fait, c’est le module le plus facile à apprendre, car les écrans tactiles rendent inutile l’utilisation de boutons traditionnels pour certaines opérations. Le TBM 930 est l’un des avions dotés du panneau G3000. Il y a deux écrans séparés identiques l’un à l’autre (un pour le pilote et un pour le copilote) qui se trouvent sous les écrans principaux. Ils sont utilisés pour contrôler certaines opérations, comme la portée de la carte, par exemple, et aussi pour modifier certaines des informations affichées sur les écrans principaux.

Voici quelques conseils de base pour le GPS G300 (édition TBM 930), notamment comment utiliser son système de pilotage automatique dans Microsoft Flight Simulator :

  • Accéder à l’indicateur de vent [top left/right screen]: Sélectionnez Paramètres PFD > Autres paramètres PFD > Option 3 (toujours la plus facile à lire).
  • Accéder au radar météo [bottom left/right screens] (NEXRAD) : Sélectionnez MFD > Sélection météo > Paramètres NEXRAD > Accueil
  • Ordonner à l’avion de suivre automatiquement l’itinéraire du plan de vol (ligne magenta) – [top control panel]: Appuyez sur AP > appuyez sur NAV. [Move to upper left/right screens]: appuyez sur Active NAV > faites défiler jusqu’à ce que la rose des vents (directement au-dessus) indique « GPS ». L’avion suivra alors la route GPS.
  • Créer un nouveau plan de vol à partir du module GPS – [lower left/right screens]: Appuyez sur MFD > sélectionnez Plan de vol > sélectionnez Ajouter une origine > saisissez le code OACI de l’aéroport à l’aide des commandes de l’écran tactile, puis appuyez sur le bouton Accepter > répétez les étapes pour l’aéroport de destination. Alternative: Appuyez sur MFD > sélectionnez Direct To > saisissez le code ICAO de l’aéroport à l’aide des commandes de l’écran tactile, puis appuyez sur le bouton Accepter. Cela créera un plan de vol immédiat à partir de la position actuelle de l’avion, même s’il est en l’air.
  • Réglez l’avion pour monter ou descendre à une altitude spécifique à une vitesse (verticale) spécifique – [top control panel]: Sélectionnez AP (si vous ne l’avez pas déjà fait) > appuyez sur le bouton ALT > tournez le bouton ALT SEL jusqu’à ce que l’altitude souhaitée soit sélectionnée (les changements sont affichés en haut à gauche/à droite de l’écran au-dessus de l’altimètre) > appuyez sur le bouton VS > tournez le bouton VS vers le haut pour descendre et vers le bas pour monter (les changements sont affichés sur l’écran gauche à droite de l’altimètre). Des avions plus rapides comme le TBM 930 peuvent monter confortablement à des vitesses plus élevées, comme 800-1000 pieds (ou un peu plus). Un tel avion peut également voler beaucoup plus haut grâce à l’utilisation d’un turbopropulseur (comme le TBM) ou d’un moteur à réaction. La vitesse de descente est généralement plus élevée lorsque vous descendez de hautes altitudes, et donc la manette des gaz doit être d’environ 30% ou moins.
  • Réglez l’avion pour s’incliner à gauche ou à droite automatiquement dans une direction spécifique – [top control panel]: Sélectionnez AP (si vous ne l’avez pas déjà fait) > Appuyez sur le bouton HDG > tournez le bouton HDG dans la direction souhaitée (les modifications sont affichées en haut à gauche/à droite de l’écran par la rose des vents).

Garmin GNS 530

L’offre GPS la plus humble dans Microsoft Flight Simulator est le module à double écran GNS 530 de Garmin. Cet humble petit système GPS/AP gère les opérations de base ; rien de plus, et rien de moins. Il comprend un écran GPS qui affiche la carte, mais ne comporte pas de radar météo ni d’indicateur de vitesse du vent. Selon l’avion, le système de pilotage automatique peut être capable de guider la direction de l’avion, mais il ne peut pas maintenir l’altitude.

  • Créer un nouveau plan de vol à partir du module GPS – [lower left/right screens]: Appuyez sur le bouton FPL (écran supérieur) > appuyez sur le bouton PUSH CRSR > sélectionnez entrer lorsque le premier point de cheminement est en surbrillance > saisissez le code ICAO de l’aéroport > appuyez sur ENT > utilisez le bouton PUSH CRSR pour naviguer jusqu’au waypoint de destination > saisissez le code ICAO de l’aéroport > appuyez sur ENT > appuyez sur le bouton FPL à nouveau pour revenir à l’écran principal de la carte.
  • Ordonner à l’avion de suivre automatiquement l’itinéraire du plan de vol (ligne magenta) – [bottom control panel]: Appuyez sur AP > appuyez sur NAV. [Move to the small control panel at the top]: appuyez sur le bouton NAV-GPS > réglez-le sur le mode GPS.
  • Réglez l’avion pour monter ou descendre à une altitude spécifique à une vitesse (verticale) spécifique – [bottom control panel]: Appuyez sur AP (si vous ne l’avez pas déjà fait) > appuyez sur le bouton ALT > utilisez le bouton ALT SEL pour sélectionner l’altitude souhaitée > appuyez sur UP pour monter ou sur DN pour descendre à l’altitude sélectionnée (il n’y a pas de bouton VS dans ce Skyhawk).
  • Réglez l’avion pour s’incliner automatiquement à gauche ou à droite dans une direction spécifique – [bottom control panel]: Sélectionnez AP (si vous ne l’avez pas déjà fait) > Appuyez sur le bouton HDG > tournez le bouton HDG dans la direction souhaitée (situé sur la jauge de boussole intitulée HDG) > tournez jusqu’à ce que la petite flèche pointe vers le cap souhaité.

Pour les avions sans système Garmin (et/ou si vous voulez tout faire très facilement) :

Dans le cadre de la mise à jour V de Sim, Asobo a équipé Microsoft Flight Simulator d’une fonction de pilotage automatique avancée connue sous le nom d’Assistant de vol. Cette fonction prend en charge toutes les opérations mentionnées précédemment, l’avion étant entièrement sous le contrôle de l’unité centrale. Ce petit tour de passe-passe est si avancé qu’il peut même rouler, décoller et atterrir l’avion entièrement indépendamment de l’entrée de l’utilisateur. C’est un peu comme le mode de conduite autonome d’une voiture, sauf pour les avions. Cette fonction peut être utilisée dans n’importe quel avion, que le système avionique soit basique ou avancé. Vous pouvez utiliser cette fonction pour les avions les plus difficiles, ou si vous ne voulez tout simplement pas vous embêter avec les opérations légèrement complexes abordées dans ce guide.

  • Accéder au pilote d’IA : Passez le curseur sur le bord supérieur de l’écran > appuyez sur le bouton Assistant de vol (un petit symbole de pilote) > appuyez sur la bascule du pilote AI > définissez la destination (n’importe quel aéroport, ville ou point d’intérêt peut être sélectionné).

Note : Jusqu’à présent, une commande précise « atterrir ici » ne semble pas avoir été implémentée. Mais, pour l’essentiel, l’assistant de vol devrait être en mesure de faire atterrir l’avion une fois qu’un aéroport est sélectionné comme cible de destination.

Envie de commenter ?

ou créer un compte dès maintenant et rejoignez la communauté tseret