Soluces, guides et actualités du jeux vidéo
Rechercher...
Generic filters
Exact matches only

Apple et Google sous pression alors que l’UE approuve la loi sur les marchés numériques

L’Union européenne a approuvé deux nouveaux textes législatifs qui devraient bouleverser le mode de fonctionnement des services et des plates-formes en ligne dans la région. Apple et Google devraient être parmi les plus touchés.

Le Parlement européen vient d’adopter la loi sur les services numériques et la loi sur les marchés numériques, qui, ensemble, sont décrites comme le « premier règlement complet pour les plateformes en ligne dont nous dépendons tous dans nos vies ».

Toutes deux seront applicables dans l’ensemble de l’UE, y compris pour les entreprises qui ne sont pas basées dans la région.

Proposés à l’origine en décembre 2020, les actes seront maintenant formellement adoptés par le Conseil de l’Union européenne, puis publiés au Journal officiel. Ils entreront en vigueur 20 jours après leur publication, ce qui devrait se produire au cours de l’automne 2022.

La législation est d’une grande portée et touche tout, de l’hébergement et des services intermédiaires, tels que les fournisseurs d’accès à Internet, aux places de marché en ligne et aux « très grandes plateformes en ligne. »

Dans l’annonce de l’UE, Margerethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe prête pour l’ère numérique, a déclaré : « Les grandes plateformes devront s’abstenir de promouvoir leurs propres intérêts, partager leurs données avec d’autres entreprises, activer davantage de magasins d’applications. Parce qu’avec la taille vient la responsabilité — en tant que grande plateforme, il y a des choses que vous devez faire et des choses que vous ne pouvez pas faire. »

Thierry Breton, commissaire au marché intérieur, a ajouté : « Il y a dix ans, une page a été tournée sur les banques ‘trop grosses pour faire faillite’. Aujourd’hui, avec l’ASD et la DMA, nous tournons la page sur les plateformes ‘too big to care’. »

Comment cela affecte-t-il l’industrie des jeux ?

L’impact total sur les entreprises de jeux vidéo reste à déterminer, mais il convient de noter l’effet attendu sur Apple et Google, qui ont tous deux défendu leurs écosystèmes mobiles contre une variété de poursuites et d’enquêtes antitrust au cours des dernières années.

Comme nous l’avons couvert plus tôt cette année, la loi sur les marchés numériques obligera, entre autres, les détenteurs de plateformes à permettre aux utilisateurs de charger des applications secondaires et d’installer des logiciels par d’autres moyens que les magasins officiels.

Elle empêchera également les détenteurs de plateformes comme Apple et Google de bloquer les paiements via des systèmes tiers afin de s’assurer qu’ils reçoivent leur commission sur toutes les transactions, qui est généralement de 30 %.

Ces deux règles répondent à certains des problèmes soulevés par Epic Games dans ses nombreux procès contre Apple et Google. Le développeur de Fortnite a été largement battu lors de son procès aux États-Unis en 2020 ; sa seule victoire — la décision selon laquelle Apple doit abandonner ses pratiques anti-commissions — a été interrompue pendant que la firme iOS continue de faire appel de la décision.

La loi sur les marchés numériques expliquée

La DMA est un ensemble de règles et de réglementations visant spécifiquement les grandes plateformes en ligne que l’UE considère comme un « gardien ».

Un « gatekeeper » est toute entreprise qui :

Une fois que le DMA sera en vigueur, la Commission européenne évaluera quelles entreprises peuvent être qualifiées de « gatekeepers », un processus qui impliquera que les entreprises soumettent des informations sur le fait qu’elles répondent ou non aux critères.

Si une entreprise est désignée comme gatekeeper, elle aura six mois pour se conformer aux nouvelles règles.

La non-conformité peut entraîner des amendes allant jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires annuel mondial de l’entreprise, pouvant atteindre 20 % en cas d’infractions répétées, ainsi que des astreintes allant jusqu’à 5 % du chiffre d’affaires quotidien mondial de l’entreprise.

Parmi les « choses à faire et à ne pas faire » pour les gardiens, les plus pertinentes pour l’industrie des jeux — et en particulier pour des entreprises comme Apple et Google — sont peut-être les suivantes :

Sur son site web, l’Union européenne a déclaré que la DMA « vise à empêcher les « gatekeepers » d’imposer des conditions injustes aux entreprises et aux utilisateurs finaux et à garantir l’ouverture d’importants services numériques. »

La loi sur les services numériques expliquée

L’AVD a un champ d’action bien plus large puisqu’elle s’attaque à toutes les entreprises, des fournisseurs d’accès à Internet et des registraires de noms de domaine aux très grandes plateformes en ligne (classées comme celles qui ont « un impact sociétal et économique significatif » et au moins 45 millions d’utilisateurs dans l’UE).

Les entreprises concernées comprendront les places de marché en ligne, les magasins d’applications et les plateformes de médias sociaux.

Les nouvelles règles visent à protéger les utilisateurs contre les contenus illégaux, à améliorer les processus de signalement et à accorder aux utilisateurs des droits nouveaux et étendus en matière de plaintes.

Elle interdit également certains types de publicité ciblée sur les plateformes en ligne ; par exemple, le ciblage des enfants ou l’utilisation de catégories spéciales de données personnelles — telles que l’ethnicité, l’orientation sexuelle ou les opinions politiques — pour atteindre certains publics.

La loi sur les services numériques a été conçue dans le respect total des règles existantes, telles que le GDPR et la directive ePrivacy, pour protéger les données personnelles.

Les entreprises et les plateformes concernées par la DSA qui ne se conforment pas à ces règles s’exposent à des sanctions, notamment des amendes financières, et dans les cas les plus graves, à une amende pouvant atteindre 6 % de leur chiffre d’affaires mondial.

Envie de commenter ?

ou créer un compte dès maintenant et rejoignez la communauté tseret