Soluces, guides et actualités du jeux vidéo
Rechercher...
Generic filters
Exact matches only

Aperçu de Saints Row : Hot Like Vegas

Saints Row est presque à nos portes, après une absence de sept ans depuis Gat out of Hell de 2015 (et cinq ans depuis le spinoff Agents of Mayhem). L’éditeur Deep Silver/Koch Media nous a invités à Las Vegas, la ville du péché, la semaine dernière, pour mettre la main sur le dernier opus de cette franchise de longue date. Nous avons affronté la chaleur (et un orage bizarre ressemblant à une mousson) et avons réussi à ne pas mourir IRL malgré les tentatives du soleil, et nous vous présentons nos impressions ci-dessous.

Aperçu de Saints Row : Viva Las Vegas

Cet événement s’est déroulé dans un hôtel miteux situé à l’écart du célèbre « Strip » qui fait la réputation de Vegas. Avec seulement trois étages, ce n’était pas vraiment un grand pas en avant par rapport à un motel. Cependant, l’hôtel a été complètement relooké, sa façade affichant fièrement « Bienvenue à Santo Ileso », la nouvelle ville dans laquelle se déroule le jeu. Il y avait des voitures musclées garées à l’extérieur, un célèbre streamer en bikini, des sex toys jetés dans la piscine… oui, je pouvais voir un empire criminel démarrer ici, car le motel d’en face déclarait proposer des tarifs journaliers et même hebdomadaires. Après une nuit de débauche qui comprenait des boissons à thème dans un saloon, une table de blackjack en direct (les paris réels ne sont pas autorisés), un DJ jouant des rythmes pour une foule presque vide (beaucoup de vols retardés !), et quelques quesadillas et tacos de rue étonnamment bons d’un camion de nourriture déguisé en Chalupacabra comme vu dans le nouveau Saints Row, la partie pratique de notre événement a eu lieu l’après-midi suivant.

Après une très courte présentation, nous avons eu le champ libre dans la ville pendant quatre heures. Le mode coopératif était activé à certaines stations, et j’ai joué avec Nick Tan de GameRevolution pendant toute la durée de l’événement. Nous avons joué depuis le tout début de la campagne, en commençant par la création d’un personnage. Comme Boss Factory est sorti depuis plus d’un mois, rien n’était trop surprenant ici, bien qu’en co-op, celui qui a fini en premier de parcourir une séquence d’écrans doit simplement attendre que l’autre joueur ait terminé. En fait, si un joueur met le jeu en pause, l’autre en est averti et peut soit s’asseoir et attendre, soit accéder à son propre menu de pause.

Shenanigans de la coopérative

Naturellement, seul le personnage que vous avez créé apparaît dans les cutscenes, mais une fois l’action lancée, les deux personnages apparaissent. Étrangement, il n’y a pas de pseudonyme ou d’indicateurs de santé sur l’autre joueur, et bien qu’un indicateur s’affiche lorsque la santé de quelqu’un s’épuise, la communication est essentielle pour s’assurer que votre coéquipier vous réanime dans un certain délai. De plus, alors que les points de repère s’affichent dès que l’un ou l’autre des joueurs les définit, dès qu’un joueur atteint le point, il disparaît des deux cartes. Ainsi, vous devez alors vous diriger dans la direction générale de l’endroit où vous avez vu le point pour la dernière fois et prêter attention à la minimap pour trouver votre chemin vers l’objectif. Dans l’ensemble, la coopération semble peut-être un peu rajoutée, mais elle se déroule généralement sans problème et est accessible à tous. Après tout, il vaut mieux que la coopération soit une option que Saints Row soit une affaire strictement solo. La coopération sera compatible avec toutes les générations, mais pas avec le crossplay dès le lancement.

Saints Row est prévu pour redescendre (ou plutôt remonter, vous savez, de l’enfer) sur terre cette fois-ci, et est surtout ancré dans la réalité. Il y a toujours des trucs farfelus, c’est sûr – on a vu une voiture foncer sur un mur, par exemple – mais il s’agit de l’histoire des origines du gang des Saints. Vous endossez le rôle du « Boss », que nous rejoignons au moment où ils commencent à travailler pour une société militaire privée (PMC). Pour faire court, les choses ne se passent pas très bien et avant que vous ne vous en rendiez compte, vous et vos trois meilleurs amis vous lancez dans la création d’une organisation criminelle éclatante.

Nous avons réussi à parcourir les onze missions proposées lors de notre démo, chacune d’entre elles prenant environ 10 à 15 minutes. La voix de tous les personnages est excellente et les répliques et sous-entendus pleins d’esprit sont nombreux. Une fois le quartier général établi, Saints Row s’ouvre vraiment, car le gang est maintenant libre de créer des entreprises illégitimes avec des vitrines légitimes. Bien que nous n’ayons pas eu l’occasion de découvrir la plupart de ces activités secondaires et de ces emplois, cela m’a rappelé Saints Row : The Third lorsque l’argent a commencé à rentrer. Bien sûr, au début, 250 000 $ semblent être une somme énorme à dépenser pour un accessoire de personnage, mais au bout d’un moment, cela ne sera plus qu’une goutte d’eau dans l’océan.

Roulez le vôtre

La personnalisation a été une grande partie de Saints Row dans le passé, et ici les choses ne sont pas différentes. La Boss Factory mentionnée plus haut vous permet de créer qui vous voulez, qu’il s’agisse de vous-même, de quelqu’un que vous connaissez ou d’une personne aux proportions ridicules courant nue dans la rue avec une peau dorée étincelante. Parallèlement, chaque voiture peut être personnalisée d’une manière ou d’une autre et la plupart vous permettent même de modifier leur son. Ainsi, vous pouvez avoir une petite voiture européenne sous-compacte (pensez à la Mini Cooper) qui sonne et klaxonne comme un gros camion, ce qui est aussi hilarant que vous le pensez. Les armes peuvent également être personnalisées, avec des skins, des couleurs, des améliorations et bien d’autres choses encore, pour que votre arsenal soit le plus redoutable qui soit.

Saints Row semble être prévu pour un retour en force. Johnny Gat et sa bande ne sont peut-être plus dans le coup, mais cela signifie simplement que nous avons ici une toile ouverte avec laquelle Volition espère peindre les Saints sous un nouveau jour. Les quatre heures sont passées très vite, et j’ai ri avec mon partenaire de coopérative alors que nous peignions la ville en rouge, en transportant des fesses avec un laboratoire de méthamphétamine presque indestructible sur roues à travers le désert, avec des membres de gangs pas loin derrière. Le mode coopératif peut parfois présenter des défaillances ou être peu intuitif, mais vous le remarquerez à peine lorsque vous vous amuserez.

Envie de commenter ?

ou créer un compte dès maintenant et rejoignez la communauté tseret